You are currently viewing Souvenirs et passion – Gérard Bord – 2/2

Souvenirs et passion – Gérard Bord – 2/2

Donc, de simple dessinateur, vous êtes devenu Directeur Technique des spectacles et en parallèle vous vous investissiez dans la Revue.

Oui. Pour moi, il y a deux personnes à qui je dois tout. M. Manet, maire de Bergerac et Mme Chassagne, la présidente du Cercle musical pendant 34 années.

Après la retraite vous avez continué au Cercle Musical.

Certainement et j’ai même suivi une seconde et belle carrière de régisseur de spectacle avec le producteur M. Mondon. J’ai voyagé dans le monde. À 60 ans, j’ai pris l’avion pour la première fois ! J’ai rencontré de nombreuses vedettes, tout cela avec pour base une simple rencontre avec une professeure de français venue montrer à son groupe d’élèves les coulisses du Centre Culturel. C’était la femme de M. Mondon, et la vie a fait le reste.

Des vocations sont nées suite à une participation à la Revue ?

Oui, il n’y a pas que moi. Nous avons des anciens qui grâce à la Revue ont suivi un parcours professionnel incroyable. Certains y ont trouvé leur vocation. Des danseuses sont devenues danseuses professionnelles et ont ouvert une école de danse à Lausanne, une autre à Madrid. Des gars sont devenus éclairagistes, chef d’entreprise de spectacle à l’île Maurice… Marina Huot Biato , ex-directrice du Music hall, a également fait ses premiers pas chez nous.

Aujourd’hui mon petit-fils, est technicien lumière à la Revue. Dans la vie, il est intermittent du spectacle. Ma fille a dansé dans deux Revues. Vous voyez bien que La Revue, c’est aussi une histoire de familles !

Que diriez-vous pour convaincre des jeunes ou moins jeunes à s’investir dans la Revue ?

Je dirais que c’est une véritable aventure. Jamais ils ne pourront réaliser dans un autre spectacle, ce qui peut se faire à la Revue. Il y a toujours un PLUS, cela ne peut être autrement.

Bien sûr, c’est parfois difficile après le travail de venir. Mais après deux ans de préparatifs, de peaufinage, quand enfin les représentations se jouent : c’est la récompense.

A la fin du spectacle, lorsque dans les coulisses on entend le tonnerre d’applaudissements, tous nous nous regardons avec fierté. Ces applaudissements sont pour nous tous, pas que pour ceux sur scène !

Près de 80 personnes, y ont mis tout le cœur ! Là, c’est un sentiment fort qui nous lie tous. La clé de voûte de notre investissement.

Laisser un commentaire